La réalité est une triste prison lorsque la seule personne à laquelle on pense nous ignore. Si triste que l'on s'évade alors. Les pensées se perdent dans un cercle infernale où tout n'est que fabulations, souvenirs détournés et mirages. "Tu es tout ce que j'aime".